Joseph Aloïs Schumpeter (Triesch, Moravie, 8 février 1883 - Salisbury, Connecticut, 8 janvier 1950) est un économiste du XXe siècle, connu pour ses théories sur les fluctuations économiques, la destruction créatrice et l'innovation. Ni keynésien, ni néoclassique, on le rapproche parfois de l'École autrichienne d'économie, mais Ludwig von Mises considérait qu'il n'en faisait pas partie[1]. L'entrepreneur est certes motivé par la réalisation de bénéfices générés par les risques pris et la réussite. Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos . Schumpeter was the only son of his parents. Joseph Aloïs Schumpeter, né le 8 février 1883 à Triesch, en Moravie (Empire d'Autriche-Hongrie), et mort le 8 janvier 1950 à Salisbury, dans le Connecticut (États-Unis), est un économiste et professeur en science politique autrichien naturalisé américain, connu pour ses théories sur les fluctuations économiques, la destruction créatrice et l'innovation. L'observation empirique du système économique montre l'existence, à intervalles réguliers, de cycles économiques où des phases de prospérité alternent avec des phases de dépression. Il estime que le fondement et le ressort de la dynamique de l'économie sont l'innovation et le progrès technique. En situation de monopole, l'entrepreneur est libre de fixer un prix de vente supérieur à son coût marginal. Au contraire, lors d'une période haute de non-crise, l'ordre économique et social bloque les initiatives, ce qui freine le flux des innovations et prépare le terrain pour une phase de récession, puis de crise. Professeur à Harvard à partir des années 1930, il formera les économistes les plus brillants de l’après guerre. On constate alors des cycles industriels où, après une innovation majeure, l'économie entre dans une phase de croissance (créatrice d'emplois), suivie d'une phase de dépression, où les innovations chassent les entreprises « dépassées » et provoquent une destruction d'emplois[5]. L'entrepreneur innovateur entraîne de nombreux imitateurs, ce qui entraîne un changement radical de leur fonction de production (réorganisation du travail). He moved to Cairo after getting married in 1907. Entre 1911 et 1919, il enseigne en tant que professeur à l'université de Graz (en Autriche). Her father was an Anglican dignitary. Il montre que le phénomène de grappes d'innovations est à l'origine à la fois de l'expansion comme de la récession qui lui succède. However, Schumpeter developed an interest in economics after being influenced by his teachers, Eugen Philippovich, Eugen von Böhm-Bawerk, and Friedrich von Wieser. La dernière modification de cette page a été faite le 6 novembre 2020 à 11:05. He stated that whenever an entrepreneur disrupts the existing market, the available sectors experiences a temporary period of loss. En 1925, il devient professeur de finances publiques à l'université de Bonn et se remarie avec Anna Reisinger. Following the war, toward the end of 1918, Schumpeter joined the ‘German Socialization Committee’ in Berlin (for Weimar Germany). Les surprofits vont amener des entrepreneurs imitateurs à proposer des biens similaires ou des procédés voisins obligeant les entreprises en place à se différencier sans cesse ou à baisser leurs prix. He then spent a year (1913–1914) at ‘Columbia University,’ United States.

C'est donc le jeu innovation-monopole temporaire-imitation qui assure la croissance économique et le bouleversement perpétuel des positions établies. » Schumpeter ne pense donc pas que c'est une révolution dirigée par un hypothétique prolétariat ouvrier qui mettra à bas le capitalisme. Et, s'il a partagé certaines conclusions avec Karl Marx, son analyse était très éloignée des conceptions marxistes de l'économie. Il aime le risque et est à la recherche du profit maximal.

Pour Schumpeter, la durée de chaque cycle correspond à l'importance des innovations et leurs effets d'entraînement. Mais ces explications lui semblaient insuffisantes, préférant parler de vagues massives d'innovations groupées autour d'une découverte centrale, comme la machine à vapeur qui a ouvert la voie à la révolution industrielle entre 1790 et 1850 et le chemin de fer qui a dynamisé l'économie des années 1890 jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Il est considéré comme l'économiste de l'effervescence et on le qualifie d’économiste hétérodoxe pour ses théories sur l’évolution du capitalisme dans la démocratie, qu'il estime voué à disparaître pour des raisons sociales et politiques. Schumpeter then studied economics in Berlin, following which he went to England, researching on English common law. C'est le mécanisme décisif de l'activité cyclique qui implique un processus de destruction créatrice. L'introduction du progrès technique a un effet sur les comportements et les habitudes des différents agents économiques. Il fut également fortement influencé par les écrits du sociologue allemand Max Weber. Une critique radicale du capitalisme inspirée de l'œuvre de Schumpeter, souligne qu'il secrète la grande entreprise et que cette dernière étouffe toute velléité d'imagination. L'activité cyclique se déroule de la façon suivante : la phase d'expansion s'explique par les profits qui engendrent une hausse des investissements et de la demande, sous l'effet des grappes d'innovation. À partir de 1927 et jusqu'à sa mort, il enseigna à l'université Harvard[2] où il s'installe définitivement en 1932, à la suite de la montée des extrémismes en Europe centrale. Il sera donc le seul pendant un certain temps à pouvoir produire cet objet qui lui rapportera donc gros. Schumpeter prétend que trois cycles se superposent et expliquent pour l'essentiel l'évolution de la conjoncture : Les monopoles mettent l'économie sur la voie du progrès mais ils ne sont que temporaires. His second wife, Anna Reisinger, was 20 years younger than him. C'est un échec : la banque fait faillite en 1924[3]. Schumpeter montre que le facteur déterminant de cette évolution est l'innovation : celle-ci est au cœur non seulement du processus de croissance, mais aussi de transformations structurelles plus importantes.

Elles ont des externalités positives sous forme d'entraînement sur des secteurs économiques et de créations de nouvelles activités. En conséquence, la croissance est un processus permanent de création, de destruction et de restructuration des activités économiques. De 1937 à 1941, sa réputation internationale lui vaut de présider la Société d’économétrie dont il est l’un des fondateurs. Joseph Aloïs Schumpeter was born in Triesch, Habsburg Moravia (modern-day Třešť in the Czech Republic, which was then part of Austria–Hungary), on February 8, 1883, to Catholic German-speaking parents. Après la Première Guerre mondiale, il est brièvement ministre des Finances (1919-1920) du gouvernement de coalition regroupant des sociaux-démocrates, des sociaux-chrétiens et des socialistes révolutionnaires sous l'égide d'Otto Bauer alors que l’Empire austro-hongrois s’effondre. Ils catalysent et font précipiter l'hostilité générale contre le capitalisme. nécessaire]. Schumpeter was perhaps the first scholar to have developed theories on entrepreneurship. Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ? Ce circuit économique est caractérisé par la libre concurrence, la propriété privée et la division du travail entre les agents. Les possibilités de profit se raréfient, les faillites apparaissent. Schumpeter then joined the ‘University of Graz’ in 1911, as a full professor of economics. Il est l'auteur d'une Histoire de l'analyse économique, parue en 1954 et qui fait encore référence. L'hostilité envers le capitalisme ne peut s'exprimer et se traduire qu'avec l'appui d'une large frange de la classe des intellectuels. CD), il s’agit d’un phénomène de destruction créatrice. Parmi ses étudiants à Harvard figurent Robert Heilbroner, Paul Samuelson, Wolfgang Stolper, Paul Sweezy, Nicholas Georgescu-Roegen et James Tobin.

Il se remarie une troisième fois avec une économiste du nom d'Elizabeth Boody en 1937. En situation de concurrence pure et parfaite, pour augmenter ses profits, l'entrepreneur n'a plus cette facilité ; au contraire pour rester concurrentiel son prix de vente tend à se rapprocher du coût marginal (c'est le concept marxiste de la baisse tendancielle du taux de profit qui est critiqué ici par Schumpeter).